L’ascension de Snapchat

Ces dernières années, les fondateurs de Snapchat ont réalisé de remarquables exploits en termes d’innovation et d’entrepreneuriat. En effet, peu de gens auraient été capables de s’investir dans une application basée sur le partage de photos éphémères et d’en faire une affaire lucrative. Et pourtant ! Pour le créateur de Snapchat, le défi en valait la peine. L’entreprise est dirigée par les cofondateurs Evan Spiegel et Bobby Murphy, qui ont poussé l’entreprise à une valorisation privée de presque 25 milliards de dollars. Pour Snapchat, l’entreprise a profité d’une stagnation sur le marché des réseaux sociaux en améliorant le problème de manque de vie privée dont tant d’utilisateurs ont souffert auparavant. Pour la nouvelle génération d’utilisateurs, Snapchat est la première plateforme à être considérée comme étant la plus grande innovation depuis l’invention des SMS.

Pour les innovations technologiques, l’introduction en bourse n’est pas une partie de plaisir

Il semblerait que les acteurs du digital partagent un rêve commun : trouver un concept révolutionnaire, développer un fort taux de croissance des utilisateurs, puis, cerise sur le gâteau, tirer le gros lot grâce à une entrée en bourse. Cependant, il n’est pas à la portée de n’importe quelle entreprise de devenir le prochain Google ou Facebook. Par ailleurs, une entrée en bourse n’est pas toujours synonyme de succès. Comme on a pu le constater avec Twitter il y a quelques semaines, l’industrie des nouvelles technologies est faite de hauts et de bas. Bien que moins volatile que d’autres industries, elle n’est pas immunisée contre l’échec des entreprises anonymes.

Il suffit de prendre l’exemple de GoPro dont le lancement public promettait d’énormes gains en 2014 avec une entrée en bourse de 24$ par action, tombée à 10$ aujourd’hui. Cet exemple montre bien que des objectifs irréels et une mauvaise gestion du lancement d’un produit peuvent entraîner les entreprises dans une spirale descendante. En ce qui concerne Snapchat, la pression repose sur le lancement de ses lunettes-caméras, “Spectacles”, et sur sa stratégie de défense face à des concurrents tels que Facebook qui vient de copier la fonctionnalité phare de Snapchat, les “stories”. Financièrement, Snap Inc. possède 150 millions de dollars en liquidités et 837 millions de dollars en obligations ainsi que d’autres titres financiers. En 2016, Snapchat a réalisé un chiffre d’affaire de 404.5 millions de dollars, principalement grâce aux ventes publicitaires, mais a tout de même subi une perte dûe à d’importantes dépenses et aux honoraires pour leur serveur d’hébergement. À titre de comparaison, Facebook, qui avait déjà presque 10 ans au moment de son estimation en bourse et faisait presque un milliard de dollars de bénéfices annuels en 2012.

Le taux d’utilisateurs va-t-il se maintenir ?

Contrairement aux autres entreprises technologiques, Snapchat accepte que sa forte croissance d’utilisateurs, puisse, à un certain point, ralentir puis finir par stagner. Snapchat a d’ailleurs admis qu’en 2016 ce taux de croissance avait déjà commencé à ralentir et a même chuté en fin 2016 en raison du fait que beaucoup de concurrents aient lancé des produits aux fonctionnalités semblables. Rappelons également que, dans le cas de Snapchat, le taux d’utilisation des usagers décroît avec l’âge : en effet, il s’agit là d’une application strictement réservée aux 16-30 ans. Après 25 ans, le temps moyen passé sur l’application décline. Avec des consommateurs si volatiles en termes de loyauté, qui sait combien de temps Snapchat réussira à se maintenir ? La presse est aux aguets, mais pour tout désastre du type Go Pro, il y a cette lueur d’espoir qui persiste.

Snapchat pour les experts en marketing digital

Pour Snapchat, une entrée en bourse signifie plus d’opportunités pour démultiplier du contenu avec certaines des plus grandes publications du monde. Des sociétés tel que Complex Magazine et Vice ont totalement intégré la plateforme en tant que partenaires avec lesquels ils partagent leurs revenus. La part démographique qui utilise le plus Snapchat est aussi celle qui regarde le moins la TV. Atteindre cette catégorie est une vraie valeur ajoutée, c’est pourquoi Snapchat utilise des publicités intégrées au feed. Avec une offre publique réussie, attendez-vous à voir plus d’efforts pour rentabiliser l’engagement des utilisateurs, donc plus de façons pour les publicitaires d’atteindre des clients potentiels. Les experts en marketing digital, encore sceptiques, attendent avec impatience les possibilités que l’entrée en bourse de Snapchat va créer. La possibilité d’échelonner Snapchat suggère un monde digital plus connecté. N’est-ce pas ce que nous souhaitons tous ?

Qu’attendre de l’entrée en bourse de Snapchat ?

Qu’attendre de l’entrée en bourse de Snapchat ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *